Accueil
Histoire navale
Céramique
Bibliographie
Les Grands Thèmes
  PATRIMOINE
Châteaux, palais,
  Eglises, monuments
Est Ouest Sud-Ouest Nord IdF Sud-Est Centre-OuestCentre-Est
RÉGIONS


 Contact
Page créée en 2012
Chapiteau à tête de femme

La construction de la cathédrale Saint-Vincent de Chalon s'étale sur six siècles. L'édifice mêle le roman et le gothique. D'après les études historiques, tout commence en 1090. De cette époque, il reste les chapelles absidiales nord et sud. Suivirent au XIIe siècle : le chœur, le transept et les piliers et arcades de la nef et des bas-côtés. Au style roman succède le gothique des XIIIe et XIVe siècles avec l'abside du chœur, les murs de la nef et du cloître, la voûte de la croisée du transept. Enfin, au XVe siècle, la voûte de la nef et les chapelles des bas-côtés sont achevées.
En 1562, la fureur huguenote dévaste l'église : les statues sont détruites, le trésor enlevé. Au cours des deux siècles suivants, le changement de goût architectural fait disparaître certains éléments gothiques (tombeaux, stalles et jubé). A la Révolution, l'évêché est supprimé, l'église est dédiée à la déesse Raison et sert d'entrepôt à fourrage. Le cloître est morcelé et vendu. Les XIXe et XXe siècles se consacrent aux réparations. Une façade néogothique est achevée vers 1850, la toiture est refaite vers la fin du XIXe. La cathédrale est classée monument historique depuis 1903, ses tours restaurées, depuis 1991. Outre le mariage heureux du roman et du gothique dans son intérieur, signalons la présence, dans la nef et le chœur, de très beaux chapitaux romans ou d'inspiration romane dont on donne quelques photos dans cette page.

Vue d'ensemble de la nef
Vue d'ensemble de la nef de la cathédrale Saint-Vincent

L'architecture. La très élégante nef de la cathédrale de Chalon se compose d'une élévation à trois niveaux. Assis sur des piliers romans du XIIe siècle, le premier se distingue par une ormentation sobre (pilastres cannelés et colonnes engagées surmontés de chapiteaux). Les arcs brisés qui scandent la nef centrale sont rehaussés par une série de faisceaux à colonnettes qui montent des pilastres jusqu'aux grandes fenêtres, accentuant l'effet de hauteur. Au deuxième niveau de l'élévation, le triforium à balustrade ajourée vient à peine déranger ce bel élancement.

Reconnaissons que le mariage du roman et du gothique est ici du plus heureux effet. Les grandes fenêtres gothiques du troisième niveau et leur verre blanc garantissent une très bonne luminosité.
La cathédrale possède une curiosité architecturale : sa grande rose intérieure percée au-dessus de l'arc roman. A l'époque romane, la nef était plus basse que celle d'aujourd'hui et fermée par un plafond plat, vraisemblablement en bois. Le transept était plus élevé que la nef si bien que la rose ne donnait pas dans la nef, mais sur l'extérieur.

La façade de la cathédrale Saint-Vincent
La façade de la cathédrale Saint-Vincent
Le sommet de la tour nord
Le haut de la tour nord et ses sculptures XIXe
Le portail principal sur la façade ouest
Le portail principal avec sa porte en bois sculpté du XIXe

La façade. La cathédrale Saint-Vincent de Chalon-sur-Saône est la première à avoir hérité d'une façade néogothique. C'était en 1828. La façade antérieure, avec un clocher roman, menaçait de s'effondrer. Son élément le plus caractéristique est constitué de ses tours carrées symétriques, hautes de 42 mètres, qui dominent la place du marché à Chalon.
Le style est du néogothique (légèrement) flamboyant (comme on peut le voir sur la photo du haut de la tour Nord). L'architecte lyonnais, qui proposa le projet, fit couronner chacune des tours de huit statues. Y sont représentés les saints patrons des quartiers de la ville et des communes voisines.

Porte romane Maquette de la cathédrale
Cette maquette de la cathédrale, dans l'entrée, donne une
très bonne idée de son chevet (entouré d'immeubles).

À DROITE, Sculpture sur bois (XIXe siècle) sur la porte principale de la façade ---»»»

«««--- À GAUCHE, Porte romane sur le transept nord
Sculpture sur bois sur la porte principale
LE CHŒUR ET LE SANCTUAIRE
Le chœur et l'absideCliquez pour afficher les vitraux de 1950Cliquez pour afficher les vitraux XIXe siècle
Le chœur et l'abside
(début du XIIIe siècle)
Vitrail moderne (1950) dans l'abside
Les vitraux de l'abside (partie haute) datent
des années 1950. Ici, saint Vincent (qui
est le vitrail central). Cliquez sur l'image
Dais de pierre dans le sanctuaire
Magnifique dais de pierre dans le sanctuaire
Il a été mutilé en 1562 par les Huguenots.
Ce dais abritait le tombeau d'un évêque mort en 1480.
Le chœur et le sanctuaireCliquez pour afficher les vitraux du XIXe siècle
Le chœur, au premier plan, et, derrière, le sanctuaire
Le sanctuaire est entièrement gothique (à part les vitraux du XIXe siècle).
L'abside à cinq pans (tant au niveau inférieur que supérieur) date du début du XIIIe siècle.
Vitrail du XIXe siècle
Vitrail central de l'abside
(XIXe siècle)
Cliquez sur l'image
LES CHAPELLES LATÉRALES ET ABSIDIALES
Chapelle du Saint-Sacrement
Chapelle du Saint-Sacrement (absidiole nord), fin du XIe siècle
Avec l'absidiole sud, c'est la partie la plus ancienne de l'église
Au premier plan : tabernacle moderne du sculpteur Rigot
La fresque de la voûte date du XVe siècle.
Chapelle «Jeune Foucaude»Cliquez pour afficher cette zone en gros plan
Chapelle «Jeune Foucaude» fondée vers 1520
Vitrail du XVIe siècle en grisaille à trois couleurs (voir image
de droite) et voûte Renaissance semblable à celle de la
chapelle des Vingt-Quatre ci-dessous)
Vitrail du XVIe siècle
Chapelle «Jeune Foucaude». Vitrail du XVIe siècle
Il représente la Vierge de l'Apocalypse sur un croissant de Lune tandis que se dresse, sur la droite, un monstre à plusieurs têtes.
Cliquez sur l'image pour l'afficher en gros plan.
Tableau de saint Vincent en diacre
Chapelle «Jeune Foucaude»
Tableau «Saint Vincent» de Bernard Lépicié, XVIIIe siècle

Voûte Renaissance de la chapelle des Vingt-Quatre --- »»»
Elle est semblable à celle de la chapelle «Jeune Foucaude»
Voûte de la chapelle des Vingt-Quatre Arc d'entrée de la chapelle des Vingt-Quatre
Chapelle des Vingt-Quatre avec arc d'entrée en style flamboyant
Bas-côté nord
Les piliers massifs à pilastres cannelés et à colonnes engagées surmontés de chapiteaux donnent au
bas-côté nord un cachet architectural «romano-gothique» très élégant. Les piliers remontent au milieu du XIIe siècle.
Vitrail du XVIe siècle (détail)
Vitrail en grisaille du XVIe siècle dans la chapelle
«Jeune Foucaude». Détail du monstre de l'Apocalypse
Cliquez sur l'image.
Bas-côté sud
Le bas-côté sud est bordé de chapelles fermées par des grilles de pierres, appelées «claustras» (particularité du Chalonnais).

Chapelle latérale dite «des Thiellier» : Tableau «Jésus et ses Apôtres»    ---»»»
Tableau, chapelle des Thiellier

Tableau dans un chapelle latérale
«La Déposition de croix»
Auteur anonyme
La nef et une partie du croisillon nord
La nef et une partie du croisillon nord. L'élévation se termine par de grandes fenêtres gothiques en verre blanc
ponctué de quelques motifs décoratifs, ce qui assure une bonne luminosité à la cathédrale.
Le croisillon nord et ses pierres tombales
Croisillon nord dans le transept avec ses pierres tombales
Les bras du transept datent du début du XIIe siècle, mais ils subirent l'influence du
gothique flamboyant comme on le voit sur l'ornementation de la porte.
Tapisserie de la fin du XVe siècle
Tapisserie de la fin du XVe siècle dans la chapelle Notre-Dame de Pitié
Elle illustre le mystère de l'Eucharistie. Cliquez sur l'image.

u Tableau dans une chapelle latérale : «Présentation de Jésus au Temple»
Auteur anonyme. 1530, peinture sur bois.

Vitrail du XIXe siècle dans l'abside (détail)
Vitrail du XIXe siècle dans l'abside. Il illustre un épisode
du Nouveau Testament : Jésus dort pendant une
tempête sur le lac de Galilée.
Triptyque de Richard Tassel
Triptyque de Richard Tassel dans la chapelle «Cardinale». Il est daté de 1608.
Encadrant une Crucifixion, deux évêques : à gauche, saint Anatole ; à droite, saint Loup ( évêque de Chalon au VIIe siècle)
Chapelle Notre-Dame de la Victoire
Chapelle Notre-Dame de la Victoire
( Bas-côté nord)
Tableau «L'Adoration des bergers»
Tableau «L'Adoration des bergers» dans une chapelle latérale

Tableau dans le sanctuaire (Auteur anonyme) ---»»»
LES CHAPITAUX ROMANS OU D'INSPIRATION ROMANE

Chapiteau avec animal fantastique

Chapiteau représentant Caïn et Abel et l'Arbre de Vie

Chapiteau avec aigles, têtes de femme et d'homme

Chapiteau avec deux étranges bonshommes à tête de souris

Chapiteau à décor floral avec deux hommes

Chapiteau avec deux aigles et leurs proies
L'ORGUE DE TRIBUNE DU XVIIIe SIÈCLE
L'orgue de tribune dans son décor architectural très géométrique
L'orgue de tribune s'insère magnifiquement dans un décor
de style géométrique à base de rosaces, de trèfles,
de colonnettes et de motifs floraux.
L'orgue de tribuneCliquez pour afficher la rosace  en gros plan
L'orgue de tribune de la cathédrale Saint-Vincent possède un buffet du début du XVIIIe siècle (1702-1709)
Les orgues en elles-mêmes ont été restaurées plusieurs fois depuis cette époque.
Cliquez sur la rosace pour l'afficher en gros plan.
Le nef et la façade vues du chœurCliquez pour afficher la rosace  en gros plan
Vue de la nef et de l'orgue de tribune depuis le chœur

Documentation : Panneaux d'information disposés dans l'église
PATRIMOINE CARTE PATRIMOINE LISTE Retourner en HAUT DE PAGE