Accueil
Histoire navale
Céramique
Bibliographie
Les Grands Thèmes
  PATRIMOINE
Châteaux, palais,
  Eglises, monuments
Est Ouest Sud-Ouest Nord IdF Sud-Est Centre-OuestCentre-Est
RÉGIONS


 Contact
Page créée en 2011
Détail du fronton

A côté du célébrissime château, la ville de Versailles possède un musée dédié principalement aux arts du XVIIIe siècle, mais aussi à l'art religieux, à la Révolution et à l'Histoire de Versailles. Installé dans un hôtel particulier construit en 1750 et légué à la ville en 1929, le musée Lambinet ne présente pas moins de trente-cinq salles. Certaines sont disposées comme au Grand Siècle, avec boiseries, tableaux, meubles, sculptures, objets précieux, porcelaines, etc.
On donne dans cette page un aperçu de quelques salles et de tableaux que l'on peut y voir. Le musée Lambinet étant un ancien lieu d'habitation, les pièces y sont assez petites. Une salle y est réservée à Charlotte Corday et à Marat. En 2010, la conservation a fait aménager un appartement plein de charme, typique des hôtels particuliers du XVIIIe siècle.
Ne manquez pas la visite de ce joli musée si vous passez à Versailles.

Horloge du XVIIIe siècle, détail
musée Lambinet à Versailles, la façade
La belle façade du musée est égayée par un petit jardin à la française.
Le fronton est sculpté de trois chérubins tenant des instruments de musique (voir l'image à gauche en haut de cette page).
Une des salles typiques du XVIIIe siècle
Au premier étage, une des salles typiques du XVIIIe siècle
avec boiseries, meubles d'époque et porcelaines de Sèvres

L'hôtel particulier a été construit en 1750 par Joseph Barnabé Porchon, entrepreneur des bâtiments du Roi.
Portrait d'Adélaïde-Victoire de Pelissier des Granges
Portrait d'Adélaïde-Victoire de Pelissier des Granges,
demoiselle de Saint-Cyr de 1784 à 1792
Ecole française, XVIIIe siècle, huile sur toile
Salle du rez-de-chaussée avec buste du maréchal de Saxe
Salle du rez-de-chaussée avec buste du maréchal de Saxe
et vitrine d'objets d'époque avec miniatures
«Dévouement héroïque, septembre 1792»
Vitrine de porcelaines
Vitrine de porcelaines européenne et à la chinoise
«««--- À GAUCHE
«Dévouement héroïque, septembre 1792»
Huile sur toile de H. Michaud, maire de Versailles

Le tableau rappelle un épisode des massacres
de septembre 1792.
Une salle du premier étage
Une salle du premier étage
En 2010, le nouveau conservateur a consacré cette pièce à Charlotte Corday et à Marat.
«Dévouement héroïque, septembre 1792»
À DROITE ---»»»
Un extrait du tableau «Dévouement héroïque, septembre 1792»
Un soldat des gardes françaises essaie d'échapper à la pique d'un «septembriseur»
«Allégorie relative à la Déclaration des Droits de l'homme, 1790» par Jean-Baptiste Regnault
«Allégorie relative à la Déclaration des Droits de l'homme, 1790» par Jean-Baptiste Regnault
Les Muses, porcelaine de Sèvres
«Les Muses»
Biscuit de porcelaine de Sèvres
d'après Louis-Simon Boizot, XVIIIe siècle

Voir la Manufacture de Sèvres

La toile ci-dessus, «Allégorie relative à la Déclaration des Droits de l'homme, 1790», est une esquisse pour un tableau jamais réalisé. Au centre, Minerve rédige les Droits de l'homme et du citoyen. Derrière elle, se tiennent la Prudence et la Justice. Face à Minerve, debout, on reconnaît Lafayette, commandant de la Garde nationale parisienne. Entre les deux, assis, l'abbé Sieyès. A droite, le buste de Louis XVI évoque la royauté. A gauche, la femme assise représente Paris. Derrière elle, se tient Bailly, premier maire de la capitale.

«Vierge à l'Enfant»
«Vierge à l'Enfant»
Huile sur bois, École flamande XVIe siècle
musée Lambinet à Versailles, salon de musique
Salon de musique avec une harpe de Naderman, luthier de Marie-Antoinette
«Kermesse flamande» d'après David Vinckboons, huile sur bois
«Kermesse flamande» d'après David Vinckboons, huile sur bois
Belle commode XVIIIe siècle avec biscuit de porcelaine
Belle commode XVIIIe siècle avec biscuit de porcelaine
et vases en porcelaine de Sèvres
Art religieux du Moyen Âge, «la Scène», sculpture sur bois
Art religieux du Moyen Âge, «la Scène», sculpture sur bois
Une salle du rez-de-chaussée
Une salle du rez-de-chaussée
avec le tableau «Environs de Versailles, le village de Jouy-en-Josas» par Dunouy, 1824.
De chaque côté, on peut voir deux plaques de cuivre pour l'impression des toiles de Jouy.
Vue partielle d'une salle du rez-de-chaussée
Vue partielle d'une salle du rez-de-chaussée
Ancienne salle Charlotte Corday
Ancienne salle Charlotte Corday
Dans le cadre de l'«appartement XVIIIe siècle», cette pièce a été transformée en 2010 (voir plus bas).
«Charlotte Corday dans sa prison» Une salle du deuxième étage
Une salle du deuxième étage avec une copie d'un tableau d'Élisabeth Vigée Lebrun, «Madame Dubarry»
«««--- À GAUCHE
L'un des nombreux tableaux sur Charlotte Corday dans la salle du même nom
«Charlotte Corday dans sa prison», 17 juillet 1793
par Jean-Jacques Hauer
«La Mort de Marat»
«La Mort de Marat»
Jean-Jacques Hauer, huile sur toile, 1794
«Vue du château de Versailles avec Louis XIV et une compagnie de mousquetaires, 1668»
«Vue du château de Versailles avec Louis XIV et une compagnie de mousquetaires, 1668»
École d'Adam-Frans Van Der Meulen (1632-1690), huile sur toile
Portrait de Marat (1743-1793)
Portrait de Marat (1743-1793)
par Jean-François Garneray (1755-1837)
Huile sur toile
Portrait de Charlotte Corday (1768-1793), détail
Portrait de Charlotte Corday (1768-1793)
École française, fin du XVIIIe siècle
Huile sur toile
«La Mort de Marat» de Jean-Jacques Hauer, détail
«La Mort de Marat» de Jean-Jacques Hauer
- Détail -
«Intérieur d'église»
«Intérieur d'église»
de Hendrik II van Steenwick (1580-1649), huile sur toile
«Les filles de Loth enivrant leur père»
«Les filles de Loth enivrant leur père»
Huile sur toile attribuée à François Lemoyne

«L'intérieur d'église» de Van Steenwick ci-dessus est intéressant à deux titres. Le peintre réalise ici l'une de ses nombreuses vues d'intérieur d'église inspirées de la cathédrale d'Anvers. On pourra voir d'ailleurs au musée des Beaux-Arts de Cambrai un tableau similaire du même peintre, où seuls les détails varient, alors que l'architecture est identique. D'autre part, ce tableau de Van Steenwick (1580-1649) montre des chapelles de pilier et une chapelle d'enceinte. Ces espaces, à l'intérieur de l'église, étaient achetés par les notables des villes qui valorisaient ainsi la réputation dont ils pouvaient jouir.

Dans certains édifices, les chapelles d'enceinte étaient construites après l'achèvement du bâtiment. Il en a été ainsi à la cathédrale Notre-Dame d'Amiens. On se reportera avec intérêt au mode de financement de l'église Notre-Dame à Dole (Jura), où le chapitre a vendu, sur plan, ces fameux espaces pour des sommes importantes payées sur dix ans.

L'APPARTEMENT DU XVIIIe SIÈCLE
L'antichambre
Appartement XVIIIe siècle
L'antichambre

En 2010, la conservation du musée Lambinet a recréé un appartement de la fin du XVIIIe siècle tel qu'on aurait pu le voir à Versailles, vers la fin de la journée. Avec pour objectif d'en dégager l'atmosphère de l'époque. Le choix de la fin de journée explique la pénombre très prononcée de certaines pièces. Ce petit appartement a bien sûr été meublé avec du mobilier d'époque. La table de la salle à manger est représentée au milieu du repas, avec un service en porcelaine. Une harpe vient égayer le salon.

Chambre de la maîtresse de maison
Appartement XVIIIe siècle
Chambre de la maîtresse de maison
Cabinet de travail du maître de maison
Appartement XVIIIe siècle
Cabinet de travail du maître de maison
Chambre du maître de maison
Appartement XVIIIe siècle
Chambre du maître de maison
Le salon de l'appartement XVIIIe siècle
Le salon de l'appartement XVIIIe siècle
La salle à manger de l'appartement XVIIIe siècle
La salle à manger de l'appartement XVIIIe siècle

Source : documentations diverses disponibles lors de la visite
PATRIMOINE CARTE PATRIMOINE LISTE Retourner en HAUT DE PAGE