Accueil
Histoire navale
Céramique
Bibliographie
Les Grands Thèmes
  PATRIMOINE
Châteaux, palais,
  Eglises, monuments
Est Ouest Sud-Ouest Nord IdF Sud-Est Centre-OuestCentre-Est
RÉGIONS


 Contact
Page créée en juin 2011
Vierge è l'Enfant dans le transept gauche

L'église Saint-Ferdinand-des-Ternes doit son nom au prince héritier Ferdinand-Philippe d'Orléans, mort dans un accident en 1842, à l'âge de 32 ans. La reine Amélie avait déjà fait ériger la chapelle Saint-Ferdinand sur les lieux du drame (elle fut terminée en 1843) : c'est l'actuelle église Notre-Dame-de-la-Compassion. Mais un nouveau sanctuaire fut construit de 1842 à 1845, non loin du premier, sur les plans de l'architecte Paul-Eugène Lequeux (1806-1873). En 1860, le lieu-dit des «Ternes» fut rattaché à la ville de Paris. Évidemment au fil des décennies la population s'est accrue.
En 1934, une nouvelle église, plus grande, vient remplacer l'ancienne. Les plans en sont confiés aux architectes Paul Thédon, Frédéric Bertrand et Pierre Durand. Ils choisissent un style romano-byzantin, empreint de modernisme. Les travaux démarrent en 1937 ; l'ancienne église est démolie à mesure que la construction de la nouvelle progresse. Survient la guerre de 40 alors que, seuls, le chœur et la première travée sont bâtis .Il faut attendre la fin de la guerre pour que les travaux reprennent. L'édifice est achevé en 1957.
Saint-Ferdinand est une splendide et vaste église à trois coupoles, ornées de nombreuses peintures (souvent en style naïf) réalisées par des artistes désignés par les Beaux-Arts. Cette page en donne un large extrait.

Le Christ de Préault dans le transept gauche
La nef
Vue d'ensemble de la nef de Saint-Ferdinand-des-Ternes
La façade de Saint-Ferdinand-des-Ternes
La façade depuis la place Tristan-Bernard
et son original clocher
Stèle à saint Ferdinand III
Stèle à saint Ferdinand III
dans le croisillon droit du transept
Sculptures sur la façade
Sculptures sur la façade : Saint Ferdinand, le Christ et sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus
Œuvres de Georgues Muget (1903-1988)
Vue générale de la croisée
Vue générale de la croisée, du chœur et du croisillon gauche du transept
Chemin de Croix Station 1
Chemin de croix - Station 1
Chemin de croix Station 7
Chemin de croix - Station 7
Le Chemin de croix est l'œuvre de Cécile Bouvarel (1993). Il est en mosaïque de pierre.
La nef
Vue générale de l'imposante nef depuis le transept gauche
Les chapiteaux de la nef ne portent aucune ornementation. Faute de moyens financiers lors de la construction, rapportent les sources.
Chapelle Saint-Joseph dans le transept droit
Chapelle Saint-Joseph dans le transept droit
Elle est ornée d'une peinture d'Alfred Tondu (1903-1980)
représentant des scènes de la vie de Joseph
Statue de la Vierge dans la pierre
Croisillon droit du transept
Statue de la Vierge dans la pierre
Statue de la Vierge à l'Enfant
Croisillon gauche du transept
Statue de la Vierge à l'Enfant
Partie supérieure
Chapelle Saint-Joseph dans le transept droit, Peinture murale, détail
Chapelle Saint-Joseph dans le transept droit
Peinture murale d'Alfred Tondu (1903-1980), détail
Scène de la vie de Joseph : Joseph et Marie retrouvent Jésus au temple
Peinture murale sur la façade du transept droit
Façade du transept droit
Peinture murale s dans un style naïf due à Hélène et Roger Bezombe
Elle illustre les sacrements du baptême, de la confirmation et de la pénitence
Chapelle de la Vierge dans le croisillon gauche du transept
Chapelle de la Vierge dans le croisillon gauche du transept
avec sa peinture murale illustrant le Couronnement de la Vierge
Le Couronnement de la Vierge, détail
Chapelle de la Vierge
Le Couronnement de la Vierge, détail
Le Christ en croix d'Antoine-Auguste Préault
Transept gauche Le Christ en croix d'Antoine-Auguste Préault
Oculus dans la nef
Oculus à figures géométriques dans la nef
Le Christ en croix d'Antoine-Auguste Préault
Le Christ en croix d'Antoine-Auguste Préault (1809-1879). Gros plan sur le visage
Le Christ en croix d'Antoine-Auguste Préault
Le Christ en croix d'Antoine-Auguste Préault (1809-1879), détail

L'œuvre d'Antoine-Auguste Préault est travaillée dans le bronze. Elle impressionna les contemporains de l'artiste et les rendit perplexes. Le sculpteur a énormément insisté sur le réalisme de son œuvre, mettant en lumière la souffrance physique : crispation des muscles, voire exagération de certaines parties du corps.

Vitrail dans le transept
Vitrail dans le transept
«Saint Ferdinand»
Vitrail dans le transept
Vitrail dans le transept
«Saint Vincent de Paul»
Peinture murale sur la façade du transept gauche
Façade du transept gauche
Peinture murale due à Pauline Peugniez (1897-1987) en style naïf
Elle illustre l'ordination, le mariage et l'onction des malades.
À DROITE ---»»»
Chapelle absidiale Saint-Jean-Marie-Vianney
La peinture murale est de Maurice-Guy Loë (1898-1991).
Elle évoque deux des missions du curé d'Ars : la prédication et la confession.
Chapelle absidiale Saint-Jean-Marie-Vianney
Le chœur de Saint-Ferdinand-des-Ternes
Le chœur de Saint-Ferdinand-des-Ternes
On remarquera que les chapiteaux du chœur sont embellis de sculptures dans la pierre.
À l'abside, la peinture de Pierre Dionisi (1904-1976) illustre la célébration de l'Eucharistie et du sacrifice de la messe (voir plus bas)
Le chœur de Saint-Ferdinand-des-Ternes
Le chœur de Saint-Ferdinand-des-Ternes
Il a été réaménagé et meublé à la suite de Vatican II selon la conception proposée par Madeline Diener (1930-2000) :
agneau immolé sur le maître-autel, oiseau-flamme sur l'ambon (à gauche) et Christ en Majesté dans une mandorle (au centre)
Peinture murale de l'abside, détail
L'abside, peinture murale de Pierre Dionisi (1904-1976)
Détail : La sortie du purgatoire

Selon les sources consultées, l'artiste s'est inspiré d'un passage du quatrième livre de l'Imitation (chapitre 5) : «Le prêtre, lorsqu'il célèbre l'Eucharistie, honore Dieu, réjouit les anges, édifie l'Église et procure des grâces aux vivants et le repos aux fidèles trépassés.»

Peinture murale de l'abside
Peinture murale de l'abside due à Pierre Dionisi (1904-1976)
Au premier plan, le Christ en Majesté dans une mandorle (Madeline Diener)
Partie inférieure : la Cène. Partie supérieure : la Trinité
À gauche : la sortie du purgatoire; À droite : l'Église avec le pape, les évêques et les fidèles
Peinture murale de l'abside, détail
L'abside, peinture murale. Détail : La Cène
Saint Antoine de Padoue
Transept gauche : Saint Antoine de Padoue
Le chœur de Saint-Ferdinand-des-Ternes
Le chœur et l'abside (comme si vous y étiez...)
Chapiteau romano-byzantin
Chapiteau romano-byzantin dans le chœur
Vitrail à figures géométriques dans le transept
Vitrail à figures géométriques
Chapiteau romano-byzantin
Chapiteau romano-byzantin dans le chœur
Dessin (Abel) sur la voûte
Un des multiples dessins qui ornent
les murs et la voûte de l'église
Ici, Abel
Peinture murale sous la coupole : Saint André
Peinture murale sous la coupole :
Saint André
Chapelle absidiale Sainte-Anne
Chapelle absidiale Sainte-Anne
Peinture murale en style naïf de Jeanne-Marie Sornas
(Anne offre sa fille à Dieu lors de sa présentation au au temple)
L'orgue de tribune
L'orgue de tribune est de Quoirin (1994-1995)
Vitraux dans le transept
Type de vitraux dans le transept : un vitrail à personnage (ici saint Ferdinand)
entouré de deux vitraux à figures géométriques
La nef et l'orgue de tribune vus du vaisseau central
La nef et l'orgue de tribune vue depuis le chœur à mi-distance du vaisseau central

Documentation : «Paris d'église en église» (Massin éditeur), ISBN :978-2-7072-0583-4
PATRIMOINE CARTE PATRIMOINE LISTE Retourner en HAUT DE PAGE

 

Menu Paris