Accueil
Histoire navale
Céramique
Bibliographie
Les Grands Thèmes
  PATRIMOINE
Châteaux, palais,
  Eglises, monuments
Est Ouest Sud-Ouest Nord IdF Sud-Est Centre-OuestCentre-Est
RÉGIONS


 Contact
Page créée en nov. 2014
Le Christ en croix dans l'élévation gauche, détail

L'église Saint-Louis-des-Invalides ou «église des Soldats» attire beaucoup de visiteurs. Après la cathédrale de Paris et le Sacré-Cœur de Montmartre, c'est même l'une des églises les plus fréquentées de la capitale. Cela est dû, bien sûr, à la présence, tout à côté, du dôme des Invalides, créé par Jules Hardouin-Mansart, qui accueille le tombeau de Napoléon Ier. C'est dû aussi à la présence du musée de l'Armée dans les bâtiments qui ceinturent la magnifique cour d'honneur.
L'église Saint-Louis des Invalides possède une architecture de style classique le plus traditionnel, comme bien des églises et bâtiments élevés à cette époque (voir l'église Notre-Dame à Versailles). Le premier architecte en est Libéral Bruant (vers 1636-1697). Celui-ci dresse le plan général des Invalides et assure la réalisation des bâtiments ainsi que celle de l'église Saint-Louis. En 1676, Jules Hardouin-Mansart (1646-1708) remplace Bruant. C'est lui qui conçoit le célèbre dôme et en assure la construction. La caractéristique notable de l'église Saint-Louis est de posséder une série de drapeaux, pris à l'ennemi aux XIXe et XXe siècles, suspendus à la corniche, sur les deux côtés de l'élévation.
L'église et le dôme, où repose le tombeau de l'Empereur Napoléon, constituent en fait un seul édifice : l'église Saint-Louis est la nef ; le dôme est le chœur. Au Grand Siècle, le maître-autel était commun. Pour assister à l'office, Louis XIV rentrait par le dôme, les soldats invalides rentraient par la nef. Aujourd'hui la séparation est assurée par une grande verrière à travers laquelle on aperçoit, parmi les reflets, le tombeau de Napoléon. Les visiteurs ne peuvent passer de l'une dans l'autre : l'entrée dans l'église est bien évidemment libre, la visite du dôme est payante.
Ajoutons que l'ensemble des ces imposants bâtiments créés au XVIIe siècle, entourés d'espaces verts, constitue l'un des quartiers les plus chics de Paris. On y trouve des ministères et de nombreux hôtels particuliers.

Un guerrier dans la frise de bronže de la chaire à prêcher
Vue d'ensemble de la nef de l'église Saint-Louis-des-Invalides
Vue d'ensemble de la nef de l'église Saint-Louis-des-Invalides

Architecture intérieure. La nef est scandée d'arcades en plein cintre qui la séparent des bas-côtés. Conformément au style classique, les pilastres sont coiffés de chapiteaux corinthiens. Au deuxième niveau de l'élévation, les larges tribunes s'ouvent sur la nef par une suite d'arcades en anse de panier. Il n'y a aucune chapelle latérale. Seuls deux autels latéraux, sans saillie, rompent la

monotonie des bas-côtés. Le chœur est surmonté d'un arc triomphal qui, au Grand Siècle, donnait accès au chœur de l'ancien édifice. Enfin, la voûte en berceau est enrichie de fins arcs-doubleaux ornés de couronnes royales, de fleurs de lys et de rosaces. Ce très bel ensemble offre une impression de grande cohérence artistique.

La cour d'honneur des Invalides est reconnue comme un chef d'œuvre architectural.
La cour d'honneur des Invalides est reconnue comme un chef d'œuvre architectural.
Avec l'église des Soldats, elle a été conçue par Libéral Bruant (vers 1636-1697)
Sculpture sur les toits de la cour d'honneur des Invalides
Sculpture sur les toits de la cour d'honneur des Invalides
Sculptures sur les toits de la cour d'honneur des Invalides
Les drapeaux pris à l'ennemi sur l'élévation gauche
La façade en avant–plan de l'église
Derrière cette façade se trouve l'église
Au premier étage, on aperçoit la statue de Napoléon Ier en redingote,
dénommée «Petit Caporal». Œuvre de Charles-Émile Seurre (1798-1858)
La célèbre façade de l'entrée de l'Hôtel des Invalides
La célèbre façade de l'entrée de l'Hôtel des Invalides,
sur la place des Invalides, face à la Seine
«««--- À GAUCHE
Les drapeaux pris à l'ennemi sur l'élévation gauche
La verrière de l'église est entièrement en verre cathédrale, ce qui
donne à Saint-Louis-des-Invalides une excellente luminosité.
L'élévation gauche avec ses drapeaux pris à l'ennemi
L'élévation gauche avec ses drapeaux, pris à l'ennemi, accrochés à la corniche
La chapelle des fonts baptismaux
La chapelle des fonts baptismaux
La chapelle des morts
Chapelle des Morts
«Aux généraux morts au champ d'honneur»
Le Christ en croix dans l'élévation gauche
Le Christ en croix dans l'élévation gauche
«««--- À GAUCHE
La suite d'arcades en plein ceintre est surmontée d'une
suite d'arcades en anse de panier. Les pilastres sont
ornés de plaques commémoratives dédiées à certains
grands chefs militaires de l'armée française.
Le bas–côté gauche
Dépouillement des bas-côtés
Ici, le bas-côté gauche qui aboutit à la chapelle des fonts
Chemin de croix, station IV
Chemin de croix, station IV
«Jésus rencontre sa mère»
La borne commémorative de la seconde guerre mondiale
La borne commémorative de la seconde guerre mondiale
Elle célèbre la Voie de la Liberté en 1944
Le Christ en croix, détail
Le Christ en croix, détail

Les bornes des deux guerres mondiales. Dans l'avant-nef et dans le bas-côté droit sont placées deux bornes de pierre.
La première consacre la Voie sacrée de la guerre 1914-1918 (photo donnée ci-dessous). On y lit l'inscription : « En hommage à leur sacrifice est enclose dans cette borne une parcelle de terre sacrée des champs de bataille de 1914-1918».
La seconde borne consacre la Voie de la Liberté de 1944. L'inscription du bas rappelle qu'elle renferme des parcelles de terre des cimetières américains en France.

Chemin de croix, station VIII
Chemin de croix, station VIII
Jésus console les filles de Jérusalem
Autel latéral gauche
Autel latéral gauche
«À la mémoire des militaires français morts en opération extérieure»
Tableau dans la chapelle latérale gauche
Tableau dans la chapelle latérale gauche
Mort de saint Louis? Copie?
Plaque «Inter arma caritas»
Plaque «Inter arma caritas»
dédiée aux infirmières de l'armée française
lors du premier conflit mondial
Tableau moderne représentant saint Joseph
Tableau moderne représentant saint Joseph
Autel latéral gauche
Plaque dédiée au maréchal Leclerc
Plaque dédiée au maréchal Leclerc
La somptueuse double–porte grillagée de l'allée principale
La somptueuse double-porte grillagée de l'allée principale
La double–porte grillagée de l'allée principale, détail
La double-porte grillagée de l'allée principale, détail
Autel latéral droit
Autel latéral droit dédié à la mémoire
1) des soldats d'Indochine dont les corps n'ont pas été retrouvés»
2) au maréchal de France de Lattre de Tassigny et des soldats tombés en Indochine
Christ au tombeau dans le bas–côté
La présence de ce Christ au tombeau, dans le bas-côté droit, intrigue fort les visiteurs.
C'est une reproduction d'une œuvre de Hans Holbein le Jeune, exposée au musée de Bâle.
Drapeaux et galerie du deuxième niveau de l'élévation
Drapeaux et galerie du deuxième niveau de l'élévation
L'imposante suite de lunettes avec ses fenêtres de verre cathédrale garantit un très bon éclairage de l'ensemble de l'église.
Borne consacrée à la Voie Sacrée de 1914-1918
Borne consacrée à la Voie Sacrée de 1914-1918
Plaque dédiée au maréchal Alphonse Juin
Plaque dédiée au maréchal Alphonse Juin
sur un pilier de la nef
Plaque dédiée au comte de Martimprey, détail
Plaque dédiée au comte de Martimprey,
gouverneur de Paris, détail
Christ au tombeau de Hans Holbein le Jeune, détail
Christ au tombeau de Hans Holbein le Jeune, détail
La chaire à prêcher
La chaire à prêcher
Ornementation sur la cuve de la chaire à prêcher
L'ornementation (en bronze?) sur la cuve de la chaire à prêcher : hommes, femmes et enfants convergent, de droite et de gauche, vers Jésus.
Plaque représentant saint Luc et saint Marc sur le côté de la chaire à prêcher
Plaque représentant saint Luc et saint Marc sur le côté de la chaire à prêcher
Plaque représentant saint Matthieu et saint Jean sur le côté de la chaire à prêcher
Plaque représentant saint Matthieu et saint Jean sur le côté de la chaire à prêcher
Vue d'ensemble de la voûte et de ses arcs doubleaux
Vue d'ensemble de la voûte et de ses arcs doubleaux
Couronne et feuillage
Couronne et feuillage
Fleur de lys
Fleur de lys
Fleur ou rosace
Fleur ou rosace
Motifs décoratifs de la voûte
Les Commandements de Dieu et les commandements de l'Église
Les Commandements de Dieu et les commandements de l'Église
sont rappelés sur le dosseret de la chaire à prêcher
Un ange dans l'ornementation de la chaire à prêcher
Un ange dans l'ornementation de la chaire à prêcher
LE CHŒUR DE L'ÉGLISE SAINT-LOUIS-DES-INVALIDES
Vue d'ensemble du chœur de l'église Saint-Louis-des-Invalides
Vue d'ensemble du chœur de l'église Saint-Louis-des-Invalides
La présence des drapeaux nationaux rappelle qu'en ce lieu sont célébrées les funérailles religieuses des soldats de l'armée française morts en opération.
Au travers de la verrière on aperçoit le tombeau de Napoléon Ier
Au travers de la verrière on aperçoit le tombeau de Napoléon Ier
Le lutrin du chœur
Le lutrin du chœur
Plaque dédiée au comte d'Ornano, partiel
Plaque dédiée au comte d'Ornano, partiel
Statue de Vierge à l'Enfant
Statue de Vierge à l'Enfant
L'ORGUE DE TRIBUNE DE L'ÉGLISE SAINT-LOUIS-DES-INVALIDES
L'orgue de tribune et son remarquable buffet
L'orgue de tribune possède un buffet remarquable qui étincelle dans la clarté de la nef.

L'orgue de tribune est l'œuvre du facteur du roi, Alexandre Thierry. Il a été construit entre 1679 et 1687, et restauré plusieurs fois depuis. Le buffet date de 1683. Le dessin est de la plume de Jules Hardouin-Mansart, la réalisation est due à Germain Pillon. À noter que la première représentation du Requiem de Berlioz a été donnée à l'église Saint-Louis-des-Invalides en 1837.

Atlante et chérubins dans le buffet de l'orgue de tribune
Atlante et chérubins dans le buffet de l'orgue de tribune (1683)
Un atlante dans le buffet de l'orgue de tribune Deux chérubins dans un médaillon du buffet de l'orgue
Deux chérubins dans un médaillon du buffet de l'orgue


«««--- À GAUCHE
Les atlantes de droite et de gauche
font office de piliers dans le buffet de l'orgue
(1683)
La nef et l'orgue de tribune vus du chœur La nef et l'orgue de tribune vus du chœur

Documentation : «Paris d'église en église» (Massin éditeur), ISBN :978-2-7072-0583-4
PATRIMOINE CARTE PATRIMOINE LISTE Retourner en HAUT DE PAGE

 

Menu Paris