Accueil
Histoire navale
Céramique
Bibliographie
Les Grands Thèmes
  PATRIMOINE
Châteaux, palais,
  Eglises, monuments
Est Ouest Sud-Ouest Nord IdF Sud-Est Centre-OuestCentre-Est
RÉGIONS


 Contact
Page créée en 2011
Eglise Saint-Séverin à Paris, vitrail de sainte Marie-Madeleine

L'église Saint-Séverin est un joyau de l'architecture de style gothique flamboyant du XVe siècle. A la fin XIIe siècle, l'Université de Paris, créée par Philippe Auguste, attire maîtres et étudiants de toute l'Europe. L'Ile de la Cité est surpeuplée ; la rive gauche les accueille. Avec l'église Saint-Julien, Saint-Séverin devient la paroisse des étudiants et le siège des assemblées générales de l'Université. Vers 1230, on décide de construire plus grand ; un nouveau sanctuaire est élevé. Un incendie le détruit en partie vers 1448. Mais la guerre de Cent Ans va bientôt s'achever par une victoire totale des troupes françaises (hormis Calais, tout le territoire est libéré) et une reprise économique s'amorce. Saint-Séverin sera rebâtie avec une certaine magnificence ; le chantier va se poursuivre jusqu'au XVIIe siècle.
La Révolution ne l'endommage pas. Si Saint-Julien, toute proche, devient magasin à sel, Saint-Séverin devient dépôt de poudre, puis entrepôt de fourrage et de cloches. L'église est rendue au culte en 1803.
Si vous visitez Paris, ne manquez pas cette église magnifique avec sa superbe verrière, ses double-collatéraux et son double déambulatoire. Tout cela nous vient tout droit du XVe siècle et dégage une atmosphère médiévale envoûtante.

Eglise Saint-Séverin à Paris, la nef et le choeur
Vue d'ensemble de la nef de l'église Saint-Séverin.
Les trois premières travées de la nef datent du XIIIe siècle (on en voit le dernier pilier, à droite et à gauche, au premier plan) : ce sont des colonnes monocylindriques à chapiteaux floraux.
Puis suivent les quatre dernières travées (gothique du XVe siècle) : arcades ogivales plus étroites que dans les premières travées et colonnes à gorges.
En clair : le premier tiers de l'église date du XIIIe siècle. Le reste de la nef, le double déambulatoire et l'abside remontent au XVe siècle, après la guerre de Cent Ans.
Eglise Saint-Séverin à Paris, la façade ouest
Eglise Saint-Séverin à Paris, vue d'ensemble
Vue de l'église Saint-Séverin dans le Quartier latin depuis le sud. L'arbre sur la droite est dans
un jardin qui jouxte l'église et qui repose sur un ancien charnier médiéval.
«««-- Photo de gauche : le portail ouest qui date du XIIIe siècle. Il est de style gothique et comprend, de chaque côté,
six colonnettes sculptées de guirlandes de feuillage. Le tympan est une représentation de «La Vierge à l'Enfant recevant les honneurs de deux anges». Auteur : Josph-Marius Ramus (1805-1888). Cette sculpture illustre l'Espérance (image ci-dessous).

Ci-dessous, à gauche, tympan du portail nord : «Saint Martin partageant son manteau avec un pauvre», de Jacques-Léonard Maillet (1823-1895). La sculpture illustre la Charité. A l'origine, ce portail était l'entrée principale de l'église.
Saint-Séverin était la première étape du pèlerinage vers Compostelle, au départ de Notre-Dame.
Eglise Saint-Séverin à Paris, tympan du portail nord Eglise Saint-Séverin à Paris, tympan du portail ouest

L'histoire architecturale de Saint-Séverin
Sur le site, au XIXe siècle, les archéologues ont découvert des sarcophages mérovingiens, vestige d'un ancien cimetière. Il y avait donc une chapelle à cet endroit très tôt au Moyen Age.
Le point de départ est la présence d'un ermite nommé Séverin qui se serait établi là au VIe siècle (non loin d'un oratoire dédié à saint Martin). A sa mort, une chapelle est érigée, qui lui est consacrée. Les Normands la détruisent au IXe siècle. Elle est reconstruite à la fin du XIe en style roman. Vers la fin du XIIIe siècle, l'édifice était constitué d'une nef à six travées, avec bas-côtés et chevet plat. Avec une tour-clocher attenante au bas-côté nord. Il nous en reste les trois premières travées et le niveau inférieur de la tour.
Après la guerre de Cent Ans, l'archiprêtre de Saint-Séverin, Guillaume d'Estouteville, fait entreprendre des modifications majeures (selon certaines sources, l'incendie qui aurait endommagé une grande partie de l'église n'est pas certain). Les travaux s'étalent de 1450 jusque vers 1470. L'église acquiert sa forme actuelle à cinq nefs. Entre 1489 et 1495, le reste de l'édifice est achevé : le chœur, le double déambulatoire et les chapelles rayonnantes. C'est de cette époque aussi que date la célèbre colonne torse. L'église Saint-Séverin reflète alors le plus pur style gothique flamboyant parisien.

Au début du XVIe siècle sont ajoutées les chapelles latérales nord et sud. Enfin, au grand siècle, c'est la Grande Mademoiselle qui fait office de maître d'ouvrage. Elle fait modifier le chœur dans un style classique, qui plait au roi. Louis XIV est son cousin et elle espère ainsi revenir en grâce après la Fronde de 1652 et son parti-pris pour son autre cousin, le prince de Condé. Elle fait également ériger la chapelle Mansart.
L'orgue. On est certain de l'existence d'un orgue à Saint-Séverin depuis 1521. Cependant c'est au XVIIIe siècle que sera installé le superbe buffet. Il date de 1745 et il est l'œuvre de deux artisans : le menuisier François Dupré et le sculpteur J. François Pichon. (En 1960, l'orgue a été intégralement restauré par le facteur Alfred Kern.)
En 1837, nouvelle vague de restaurations. La façade occidentale reçoit le portail actuel. Il provient d'une ancienne église de l'Ile de la Cité, toute proche de Notre-Dame et remonte au XIIIe siècle. (C'est la première fois que la toute nouvelle direction des Monuments historiques réalise un déménagement d'une partie du patrimoine national.) Enfin les chapelles latérales sont confiées aux pinceaux de jeunes artistes, dont Jean-Hyppolite Flandrin qui y fait ses premières armes avec le succès que l'on connaît. La confection de ces peintures murales va s'étaler sur plusieurs décennies comme le montre l'Arbre de Jessé dans une chapelle rayonnante qui date de 1858 (voir plus bas).
De cette époque aussi date l'ensemble des vitraux des chapelles latérales et du premier étage de l'élévation, au niveau du triforium. Ainsi que ceux de la claire-voie dans l'abside.


Vue du double collatéral sud et des vitraux historiés du XIXe siècle.
On remarquera que les chapelles latérales sont assez sobres.

Vitrail de la Sainte Famille et de Sainte Anne
visible dans une chapelle latérale (XIXe siècle).
Cliquez sur l'image pour l'afficher en gros plan.
Eglise Saint-Séverin à Paris, vitrail
Vitrail nord au premier niveau de l'élévation (XIXe siècle).
Le roi Saint-Louis, qui porte la couronne d'épine du Christ
sur un coussin, est entouré de trois autres saints.

Cliquez sur l'image pour l'afficher en gros plan.
Eglise Saint-Séverin à Paris, la verrière et la voûte
Vue sur la voûte et sur la superbe verrière de l'abside et de l'élévation nord de Saint-Séverin.
Cliquez sur l'image pour l'afficher en gros plan dans la galerie des vitraux.
Eglise Saint-Séverin à Paris, le choeur et sa colonne torse
Le chœur de Saint-Séverin entouré de la forêt de colonnes du double déambulatoire (XVe siècle). Au centre, une superbe colonne torse éclairée par une lumière artificielle.
En arrière-plan, les vitraux contemporains de Jean-René Bazaine (1904-2001) illuminent le déambulatoire.
Eglise Saint-Séverin à Paris, les vitraux de l'abside
Vitraux de l'abside.
On remarquera la superbe voûte gothique sur croisée d'ogives en étoile à multiples compartiments (XVe siècle).
Cliquez sur l'image pour l'afficher en gros plan.

Les vitraux de Saint-Séverin datent de plusieurs époques. Dans la nef, au premier étage de l'élévation, ils sont tous du XIXe siècle et dus à Emile Hirsch (1832-1904). Au deuxième étage et au niveau des trois premières travées, ils remontent à la fin du XIVe siècle. Ils décrivent des épisodes de la vie des Apôtres. Au niveau des travées suivantes, ils sont du XVe siècle et illustrent la vie de saints martyrs.
Dans les collatéraux, les magnifiques vitraux historiés sont du XIXe siècle. On les doit à Emile Hirsh et à Edouard-Amédée Didron (1836-1902).
Enfin, dans l'abside : au premier niveau (la claire-voie), ils datent du XIXe siècle et relatent les événements de la vie du Christ. Au deuxième niveau, ils remontent au XVe siècle et sont consacrés à la Vierge, au Christ, aux Apôtres et aux saints.

Eglise Saint-Séverin à Paris, vitrail de sainte Marie-Madeleine
Extrait des vitraux du XIXe siècle dans les chapelles latérales :
«Apostolat en Provence de sainte Marie-Madeleine», 1876.
Cliquez sur l'image pour l'afficher en gros plan.
Eglise Saint-Séverin à Paris, le double déambulatoire
Partie nord du déambulatoire avec ses chapelles rayonnantes et ses vitraux contemporains.
Le premier déambulatoire (à droite sur la photo) est souvent encombré de bancs. La circulation se fait vraiment
dans le second déambulatoire. Ce système de double déambulatoire crée une forêt de piliers qui, associés à un tissu
de nervures à liernes sur une voûte peu élevée (photo à droite), ressemblent à une palmeraie. Un spectacle saisissant.
Ci-contre, à droite, un motif de clé de voûte original dans le bas-côté nord :
un homme et une femme dans une tour de château qui ont l'air de se disputer (XVe siècle?).
Eglise Saint-Séverin à Paris, la voûte du déambulatoire
Eglise Saint-Séverin à Paris, motif d'une clé de voûte
Eglise Saint-Séverin à Paris, vitrail de la mort de Louis XIII Eglise Saint-Séverin à Paris, fresque de l'Arbre de Jessé
Fresque de l'Arbre de Jessé sur le mur d'une chapelle rayonnante. Elle date de 1858.
Au XIXe siècle, les chapelles de Saint-Séverin ont été décorées de diverses peintures murales (comme celle ci-dessus).
L'Arbre de Jessé est une construction allégorique de la généalogie de la Vierge.

«««---- à gauche, vitrail de la fin du XIVe siècle : Saint Pierre tient la clé du Paradis, saint Jean rédige. Cliquez sur l'image pour l'afficher en gros plan.
Eglise Saint-Séverin à Paris, double collatéral
Vue du double collatéral de Saint-Séverin sur le côté nord. L'atmosphère médiévale qui s'en dégage vaut la visite...
Eglise Saint-Séverin à Paris, écusson sur une clé de voûte
Écusson sur une clé de voûte du bas-côté nord
Eglise Saint-Séverin à Paris, sculpture d'ange sur une clé de voûte
Une sculpture d'ange présentant des armoiries
sur une clé de voûte du collatéral nord.
Eglise Saint-Séverin à Paris, l'orgue de tribune
L'orgue de tribune, de style franco-germanique, est due à Claude Ferrand, Le buffet (1745) , de style Louis XV, a été
sculpté par Jean-François Fichon. L'orgue dissimule le vitrail de l'Arbre de Jessé qui date de 1500.
Eglise Saint-Séverin à Paris, élévations dans la nef
Elévations du côté nord avec vue sur le double collatéral.
On distingue bien les deux styles de piliers (XIIIe et XVe siècles).
Eglise Saint-Séverin à Paris, deux chapelles latérales sud Eglise Saint-Séverin à Paris, déambulatoire
Pour le charme de l'atmosphère médiévale :

A gauche, deux chapelles latérales sud construites au XVIe siècle
Ci-dessus : le déambulatoire avec ses vitraux contemporains
et sa fameuse colonne torse
Eglise Saint-Séverin à Paris, la tribune d'orgue et l'Arbre de Jessé
Partie haute de la tribune d'orgue avec les sculptures de Jean-François Fichon (1745). En arrière-plan, vue partielle de l'Arbre de Jessé de 1500
Eglise Saint-Séverin à Paris, tableau du XIXe siècle
Peinture du XIXe siècle au-dessus d'une porte du bas-côté sud. Saint Jean-Baptiste montre à des paysans un homme qui semble être Jésus.

Documentation : «Paris d'église en église» (Massin éditeur), ISBN :978-2-7072-0583-4 et documentation présente dans l'église
PATRIMOINE CARTE PATRIMOINE LISTE Retourner en HAUT DE PAGE

 

Menu Paris